Chômage et tabagisme

Chômage et tabagisme

Chômage et tabagisme ne font pas bon ménage.

Tout d’abord car les revenus d’un chômeur sont amoindris et il ne peut se permettre de dépenses superflues quand il a à peine de quoi payer des choses vitales que sont le logement et la nourriture.

A cela s’ajoute le fait que le tabagisme entraîne parfois des problèmes de santé plus ou moins graves, qui vont nécessiter des dépenses et vont compliquer davantage la situation financière du chômeur.

Au regard de ces faits, on devrait s’attendre à retrouver un faible pourcentage de fumeurs parmi les chômeurs. Or il n’en est rien et c’est parmi les chômeurs que l’on retrouve le plus fort taux de fumeurs.

Pourquoi chômage et tabagisme font-ils bon ménage ?

D’un côté, la situation de chômeur est souvent très inconfortable à plus d’un titre. Quand on est chômeur on se retrouve avec une suite de problèmes beaucoup plus longue qu’à l’accoutumée :

  • stress provoqué par la baisse des revenus et les difficultés à joindre les deux bouts
  • anxiété ou même angoisses engendrées par les incertitudes liées à son avenir
  • moral en berne dû au désoeuvrement
  • frustrations causées par les réponses négatives à ses candidatures et même déprime à la longue face à ses échecs à retrouver un travail.

De l’autre côté la cigarette est une sorte de béquille pour beaucoup de fumeurs, pas uniquement les chômeurs. C’est une amie, un réconfort. On fume une cigarette quand on est stressé, quand on n’a pas le moral, quand on s’ennuie, quand tout va mal. La cigarette a alors le but de vous réconforter, de vous redonner le moral, de vous redonner de l’énergie pour repartir, etc.

Et quand on est chômeur, ce genre de situations de stress, de déprime, d’ennui et de frustration sont nombreuses, on a donc d’autant plus besoin de la cigarette pour s’en sortir.

Par conséquent chercher à arrêter de fumer alors que l’on est au chômage est souvent très difficile. Et malheureusement, les chances de réussite sont alors faibles. Vous pouvez essayer d’arrêter mais si vous n’y arrivez pas, ce n’est pas grave. N’insistez pas. Attendez une période plus favorable.

Ce que vous devriez faire c’est travailler d’arrache-pieds pour sortir de cette situation inconfortable et dès que vous avez retrouvé un boulot et que vous avez moins de stress, remettez-vous sur votre projet d’arrêter de fumer. Vous aurez alors beaucoup plus de chances d’y arriver et l’arrêt sera beaucoup plus facile.

Le chômage est parfois une bonne période pour arrêter

Maintenant nous avons décrit une situation de chômage extrême. En effet la période de chômage n’est pas forcément synonyme de stress et de frustration. Il peut arriver que cette période soit plus détendue et soit utilisée pour faire une reconversion ou se consacrer à des projets que l’on avait mis de côté faute de temps.

Eh bien dans ce cas-là, je vous encourage vivement à utiliser cette période de chômage pour arrêter de fumer. En effet, vous n’avez pas de pression ni de stress lié à des responsabilités. C’est en fait une période idéale pour arrêter. Consultez nos autres articles pour préparer votre arrêt et mettre toutes les chances de votre côté.